Imprimir
Visto: 1430

 Graus de ‘Or

Pris de :

PANORAMA  INTIME  D’ UN  SAINT  SANCTUAIRE

 

 La traîtrise, c’est de la lâcheté déguisée en faux héroïsme. Que de méchanceté recèle l’âme humaine quand elle devient déchaînée ou soumise à des forces abominables qui ne sont pas du tout les siennes.

 Un jour je cherchais un objet, mais il faisait déjà très noir, car la nuit était tombée.  Dans mon désarroi, je me suis dit très tranquillement  que le lendemain, avec le plein jour on ferait moins d’effort inutile.  Une  petite  lucerne  est  alors  venue  m’éclairer.  C’est  bien  peu  une  lucerne.  Mais   dans le  besoin,  même  les  plus  infimes  aides valent  grandement.

 J’avais comme grande  compagne, il y a un certain temps, une gentille  petite chienne.  Mignonne je  l’appelais.  Elle  était  beaucoup plus intelligente que belle,  et  plus  affectueuse  et  compréhensive  que  mignonne.  Pendant la guerre à Cuba, elle m’a sauvé la vie  en  découvrant une bombe qui  devait  sûrement  faire  sauter notre maison.  Je l’ai  récompensée avec tout mon  pouvoir  de coeur  et je l’ai emmenée avec moi quand je fus libéré.  Elle  a  connu  l’exil  avec moi.  Sera-ce cet exil mon dernier?  Chi lo sa.  Elle  est  morte  de vieillesse,  mais   combien  affectueuse et  fidèle, et  surtout  si  reconnaissante.

 Comme c’est  bon  d’être  celui  qui  se  trouve  à  sa  place là  où  on  a  besoin  de  lui.

 Çà, alors,  c’est bien dur de survivre quand on a un coeur qui flanche.   Mais  après  trois  infarctus  on  ne  peut  pas  trop  exiger  d’ un  coeur  humain.  Seulement à celui-là je le commande  assez  bien,  et  quand  il  s’arrête  je  lui  commande  de  continuer  à  battre,  à  suivre  son  bon  rythme.  Qu’il  fasse  mal,  et  je  lui  dis:  allons,  à quoi  bon  m’embêter  si  de  toute  façon  c’est  moi  qui  doit  commander.  Et  il  continue  à  battre  de  son mieux, le  pauvre.   Jusqu’à quand?  QUAND  MEME  il  m’aide  passablement bien.

 Science will prove all the absurd so that mankind may be completely free from the brutal imperialism of absurdity.

 Un tyran de l’Afrique Centrale  vient de faire décapiter 200 Chefs de tribus qui  s’étaient  soudainement  révoltés  contre  son  autorité.  200  têtes  qui  roulent  par  terre  par  la simple  volonté  d’un  gentil  autodidacte  qui  se  dit  chrétien,  civilisé  et  démocrate.  Son  pays  est  du  reste  membre  des  Nations  Unies.   C’est  révoltant,  écourtant  à  renier  de  l’humanité.  En  même temps  on  lit  sur  l’ Affaire  Ben  Barka,  à  Paris,  où  les  choses  ne  paraissent  pas  beaucoup  meilleures.  Et on dit  que  l ‘humanité  progresse.

 Rien ne saurait aveugler  les  âmes petites, étroites ou  chétives  comme  les  fortes  passions.   C’est  comme  les  grandes  liqueurs  ou  les  meilleurs  parfums  qui  enivrent  jusque ‘au  dégoût.

 Il y  a  des  désirs  de  la  chair  qui  coûtent  bien  cher.  Mais  comment  connaître le  vrai  prix  des  choses  tant  qu’on ne sait  pas ce dont il s’agit ?  Le pire c’est  que  la  coutume  humaine – ou plutôt  inhumaine – veut,  établit  qu’il soit  payé  un  prix  avant  de  prendre  connaissance  des  choses.  S’il  s’ agit d’ expériences vitales, tout se  complique à l’avance.

 D’aucuns voudraient  se  réfugier  dans  le  Saint  Sanctuaire pour  des  motifs  mondains,  à  cause  de  désillusions, etc.,  ou  alors  pour  se  donner  un  repos  sensuel  ou  pour  soulager  leur   conscience.   Quelle  stupidité  humaine.   A  quoi  bon  fuir  de  ce  que  l’ on  est?   Comment  se  défaire  de  ce  qui  nous  appartient  par  droit  naturel  ou  spirituel?

 Quelle folie  que  vouloir  toujours  renoncer à  soi-même  et  se  mettre  dans  les  bras  de  quelque  idole condescendante.

 La Grande  Fraternité  ne  doit  constituer  un  refuge  pour  personne.   Ce  ne  doit  être  qu’un   chantier  de  culture et  de  construction  sur  lequel  c’ est  notre  propre  personnalité  qui est  en  cause  parce  qu’elle  doit  se  remanier,  se  refaçonner,  se  repolariser,  se  ré-énergétiser,  enfin  se  retrouver.   Chacun  y  travaille  sur  soi-même  ainsi que  pour  autrui.   C’est  le  grand  test  de  la  capacité  de  valorisation  et  revalorisation  de  chacun.  Si  l’on y  met  tout son  coeur et  sa  dignité,  on  ne  peut  que  retrouver  des  effets  directs  et  des  fruits  immédiats  merveilleux.  En  privé,  naturellement,  chacun  continue  avec  sa  propre  religion  ou  croyance,  ou  ses  cultes  préférés,  mais  comme  il  s’agit  de  solidarité  et de  mutualité  effective,  personne  n’a  le  droit  de  chercher  à  s’imposer  ou  à  faire  ouvre  de  conversion  ou  conquête.   Le  plus  grand  bien  de  la  Grande  Fraternité – Coopérative – Communauté  c’est  qu’elle  doit  constituer  une  protection  mutuelle contre les  dégâts  du mode  de  vie  civilisée  qui  est  si  dénaturalisant  et  destructeur  et  de  la  santé  et  du  bonheur  humain.

 Quand une  âme  blessée  par  les  duretés  de  la vie  touche  ma  porte,  je  ne  lui  demande  même  pas  son  nom.  Sa  détresse  constitue  sa  carte  d’ identité  de  même que  son passeport.  A  quoi  bon  demander  à  ceux  qui  souffrent s’ils  ont  droit  à  la  vie  ou  à  quelque  chose  d’autre ? La  souffrance  n’est-elle  pas   déjà le  résultat  du  désarroi  et  de  causes  qui  sont  par  elles-mêmes  cruelles,  décevantes et  anéantissantes ?

 Un petit oiseau  à l’aile  blessée  est  venu  ce  matin  se  réfugier  sur  le  bord  de  ma  fenêtre.  J’avais  une  très  grande  douleur  morale,  mais  je  l’ai  de  suite  oubliée  pour  porter  secours  à  cet  ami  souffrant.   Sa  douleur est  physique,  certes,  mais  qui  sait  si  lui  aussi  n’a  pas  une  douleur  morale  à  son  compte,  tout  comme  moi ?  Moi  aussi  j’ai  l’âme  et le  coeur  blessés  par  les incompréhensions  et  les  ignominies  de  ceux  qui  provoquent  ma  souffrance  morale  et  spirituelle.  Ce  gentil  petit  oiseau  va  être  mon  copain  pour  un  moment,  et  je sais  qu’un  jour,  quand  il  sera  remis  de  ses  maux,  il  s’en  ira  au  loin,  m’abandonnera,  sans  même  me  connaître  vraiment.  Il  y  a  tant  de  lois  dans  la  nature  que  l’homme  ne  parvient  pas  à  connaître  ni  même  à  en  soupçonner  l’existence.

 Tant que tu me regarderas avec ton coeur, tu ne cesseras de me voir,  et tu me  retrouveras  toujours.  Pour ne pas me  perdre de vue ne laisse jamais les encens, les fumées et les miroitements de ceux qui se mettent entre ton coeur, ta personnalité, ton âme et Moi

 Tu crois  être  libre et grand et fort et assez  guidé.  Si  tu  l’es,  tant  mieux  pour toi,  Oh  ma  belle âme.   Mais moi  je te  dis que  tu  ne  l’es  pas,  et  si  je  souffre  tant,  c’est  parce que  je  ne  serai  pas  toujours  auprès  de  toi,  volage  voyageuse  que  tu  es  devenue -  pour  t’aider,  t’élever,  te  secourir  et  enfin te  faire  voir  les  splendeurs  éternelles  de  la  Vérité  que  tu  renies en  t’éloignant d’ Elle  et  de Moi.

 Grande douleur,  merci.   Malgré  tout,  rien  n’est  perdu  dans la vie.  On  rentre dans  le  grand  courant,  à  mesure que  l’on  se  purifie,  tout  en  s’élevant.  C’est  un  sacrifice,  si l’on  veut, que l’on épuise  aussi.  Car  tout  dans  la  vie  doit se  résoudre,  se  refondre  et  se  synthétiser.

 Dans ma  grande  solitude  je  regarde  vers  les  montagnes  et  j’invoque  les  vents  pour  leur  dire  ce que  je  dis  aussi  aux  rayons  du  soleil  et  aux  astres  qui  clignent  dans  l’immensité  infinie,  pour  faire  mes  veux  les  plus  profonds  de  mon  être  afin  qu’ ils  soient  portés  jusqu’à  mes  chers  êtres  qui  m’ oublient.

 On dit  que  les  passions  aveuglent.  On  n’en  dira  jamais assez  pour  refaire  toute  la  vérité  à  cet  égard.  Les  passions  empoisonnent  les  âmes,  saignent  à  vie  les  bons coeurs,  et  représentent  des  malédictions  vivantes.

 Voir un  être  qui  nous  est  cher  sombrer  dans  l’infamie  et  se  laisser  entraîner  sans  volonté  de  récupération,  c’est  un  spectacle  infini de  déchirement  interne.  C’est  pire  que  la mort,  car  au  moins  de  celle-ci  on  ne  peut  pas  dire  de  mal,  puisqu’elle  est  inéluctable  et  indispensable.

 On ne voit  les  réalités  de  la  vie  qu’à  travers  le  miroir  qui  nous  flatte  et  reflète.

 A mes deux âmes perdues : vous  voilà  dans  les  foules,  perdues  comme  deux  grains de  sable  sur  l’immense  plage  que  fréquentent  les  épaves  de  la  vie.  Près  de  moi  vous êtes  pourtant  deux  astres  rutilants,  même  des  soleils  admirés  et  choyés  de par  le  monde  des  sages.  Que  faites-vous  de  vous-mêmes,  mes  chères  âmes  perdues  au  loin?

 SI NO  ERES  SINCERO,  PIERDES  TU  TIEMPO  Y  TU  DINERO,  ASI  QUE  ES  MEJOR  QUE  TE  RETIRES.

 On ne  peut  pas  rendre  parfait  ce qui  est  abominable, pas  plus  qu’on  ne  saurait  ni  sublimer,  ni  justifier ou  oublier  les  monstruosités  de  l’Inquisition  et  des  Croisades  ou  les  ignominies  subies  par  les  Cathares,  les Protestants  et  les  autochtones  des  colonies.   Uniquement  un  renouvellement  total  parvient  à détruire  le mal  qui  a  été fait  et  à restituer  la  Vérité  dans  ses  justes  proportions.  Mais  il  ne  sera  jamais  possible  de  métamorphoser  l’odieux  et  l’ignominie  en  Vérité  Divine  tout  simplement  à  l’aide  de  dogmes  et  de  doctrines.  Il  n’y  a  pas  de  vraie  amélioration  non  plus  sans  transformation  intégrale  sous  l’influx  du  Verbe  Spirituel,  le  seul  qui  puisse  réellement  spiritualiser  ce  qui  ne  l’est  pas.

 La plupart  des  gens  ne  sont  que  l’ombre  de  ce  qu’ils  devraient être,  le  grossier  croquis  de  l’humanité  vraie  du  futur,  encore  assez  lointain.  Non,  il  ne  faut  pas  se  sacrifier  pour  de  pareils  gens,  mais  simplement  leur  rendre  leur dû.    Il   faut   être  pleinement  soi-même ,  servir,  aimer,  honorer,  mais  pas  se  sacrifier.  A  quoi  bon,  si  les  gens  n’aiment  pas  faire  l’effort  indispensable  pour mériter  ce  qu’ils  désirent  le  plus?

 Quand des  personnes  racontent  des  insanités  passées  il  y  a  des  années,  ou  insinuent  des  bêtises  inimaginables,  c’est qu’elles  en  sont  capables  et en  sont  rassasiées,  ou  alors c’est  ce  qu’elles  voulaient  et  sont  déçues de ne  pas  l’avoir trouvé.  Le propre  des mythomanes  c’est  d’inventer  des  histoires  qui  révèlent  leur  nature intime.  Les  psychanalystes en  savent quelque chose.

 Je dis à chacun:  regarde-toi dans le miroir de mes pensées, et si tu  t’y  retrouves,  tant mieux, car  c’est  que  j’ai  dit  juste.  Tu  m’en  voudras  naturellement,  mais  j’ai la  défense de  proclamer  que  ce  n’est  pas  de toi dont  je  parle  puisqu’il y a tant de malheureux et  de  dévoyés qui  déambulent  stupidement  dans  ce monde immonde.

 C’est dans la  tragédie  et  au  milieu  des  pires  amertumes  de  la  vie  que  l’on   apprend  à  mieux  connaître  ceux  qui  sont  les  vrais  amis.   Les faux  s’absentent  et  fuyant,  les  tièdes disparaissent  ou  s’excusent  beaucoup,  mais  les  vrais,  eux,  sont  là  toujours  pour  vous  réconforter  et  vous  assister.  Il y  a  des  chaleurs  de  coeur  qu’on  ne  peut  nier,  des  flammes  de  l’esprit  qui  sont  immanquables  parce qu’ indestructibles.