Imprimir
Visto: 3209

LES MARVEILLES DE L’INDIVIDUALISME COOPOERATIF


Il n’y a absolument rien d’erroné, de déshonorant ou de fâcheux dans l’individualisme s’il est bien compris et parfaitement adapté au service social et á la réhabilitation collective.

L’individualisme ne devient néfaste que quand il prend forme d’égoïsme ou devient l’expression d’un exclusivisme personnel, sans égard aux valeurs spirituelles et aux Principes universels.

L’individualisme morbide et téméraire tourne á la tyrannie et ses méthodes d’action sont toujours limitées, égocentriques, et monopolistes, autocratiques et personnelles.

Cependant, la personne n’est jamais séparée de l’Univers tout entier. Il n’y a pas de frontières définies ou spécifiques entre la personnalité et l’Universel, entre les pensées et l’ambiance, et entre les sentiments, les aspirations et l’éternité.

Par ailleurs, nous puisons continuellement de l’énergie et vivions grâce á la force de l’inspiration qui nous arrive de partout et même des régions les plus éloignées de l’Infini que notre esprit (mind-mental) est incapable d’embrasser ou de comprendre complètement.

Le coopérativisme ne demande plus á être expliqué ou défendu davantage. Il a gagné une place dans le monde qui défie la bonté de tout autre système économique existant.

L’individualisme est tabou pour le Christianisme, parce qu’il sonne comme un défi de l’intelligence humaine aux puissances divines. En ultime analyse, nous croyons que l’individualisme est l’un des plus merveilleux attributs qui distingue les créatures intelligentes. Beaucoup d’autres religions telles que l’Hindouisme, le Bouddhisme et le Taoïsme sont cependant profondément individualistes, parce que’elles laissent á chaque atome le droit de prendre des décisions et de choisir ses idéaux et son orientation de vie.

Quant á nous, nous pensons que de nouvelles bases fondamentales de vie ont été découvertes dans la forme de concevoir l’Economie et de faire marcher un COMMONWEALTH Mondial comme sur des roulettes (comme un rouage d’horloge), sans toutefois enrégimenter l’homme, ni lui imposer des dogmes ou des mesures forcées. En outre, nous avons introduit dans l’idéarium humain une série de nouveaux impératifs qu’on a peut être toujours connus et soufferts, mais jamais encore expliqués et proclamés comme nécessités fondamentales et vitales. Ceux-ci sont notamment, la nécessité de Santé, de Bonheur, de Paix, de Respect, de Dignité, d’Assistance (Service) garantie et de Certitude économique. Toutes ces grâce á notre constante insistance en faveur de tels Principes Universels, que nous considérons comme des Impératifs Vitaux.

L’Economie souffre de terribles cancers qui sont, -disons- le carrément – l’ARGENT et l’INTERET. Tous deux reposent sur le principe ou postulat du PROFIT EGOISTE  et c’est une source de toutes les formes de détraction, de vice, s’adonnent á la  perversion, deviennent barbares, méprisent toutes les valeurs spirituelles et font même du commerce avec les idéaux sacrés á cause de lui.

Le plus grand mal de l’économie moderne consiste, sans aucun doute, dans le fait que la MONNAIE, au lieu être une simple commodité, est devenue symbole de crédit et un instrument de profit. Grâce du profit égoïste, la MONNAIE est devenue précisément cela, á cause de l’INTERET fonctionnant comme un facteur stimulant qui est souvent le plus pernicieux de tous les éléments connus de l’homme.

Tous les philosophes avancés et les sages éclairés admettent que ce système d’Economie est ce qui rend la civilisation matérialiste une tellé tragique malédiction. Cependant aucun ne semble réaliser que toutes leurs doctrines et  Enseignements restent futiles tant que cette malédiction n’est pas effacée du monde. Les gens ne peuvent atteindre la grandeur et la perfection céleste tant qu’ils sont possédés et continuellement éperonnés par ce démon des pouvoirs divinisés.

Les réformateurs de la monnaie abondent, offrant différent schémas, afin de remédier les maux du monde. A vrai dire aucun d’eux n’offre réellement de solutions consistantes. Cependant la stabilité et la Paix mondiale dépendent entièrement d’une solution constructive de tous les problèmes économiques. Les remous sociaux et le chans politique reposent aussi sur une telle issue.

Le problème de la richesse est subordonné au système financier en vigueur qui est vieux comme le monde. Malheureusement une révision générale de l’économie mondiale doit s’ensuivre si nous voulons trouver une réelle et définitive solution. La monnaie en tant que commodité ne serait, après tout, pas si pleine de maux, si elle pouvait perdre sa force valeur dés son premier emploi, comme c’est le cas pour les banque-notes ou les lettres de crédit. Mais ce qui rend l’argent si mauvais, c’est le fait que c’est un article porteur d’intérêt et en même temps un moyen de CREDIT. Ceci est basiquement immoral et source de toutes sortes d’erreurs et de tragédies, parce que les gens se donneront toutes les peines et se mettront dans de graves difficultés aussi pour arriver á l’obtenir, même sans travailler, sans le gagner en produisant, et par la spéculation (jeu) ou par le meutre.

Le concept de la RICHESSE est ce que nous devons changer. L’Economie ou la science de la gestion et de la production de richesse n’a pas besoin de devenir une source d’injustices sociales et de révoltes, de luttes politiques et de guerres. Si nous mettons sur pied un système d’économie ou la richesse est commune (COMMONWEALTH), les gens peuvent continuer à être individualistes acharnés, cependant non pas ennemis de la société, mais les contributeurs (apporteurs-collaborateurs) du COMMONWEALTH. L’argent n’est pas un obstacle dans cette entreprise si tous les hommes s’arrangent pur le gagner honnêtement en le produisant. Il découle d’une analyse bien fondée que l’ARGENT no devrait être qu’un moyen qui permette le marketing, le transport et la distribution des biens produits, et rien de plus. Un simple récépissé prouvant que des valeurs ont été reconnues et sont conformes.

La MONNAIE devient un accessoire ou article diabolique quand il peut être obtenu par le vol, la loterie, les jeux de hasard, les pools, le vice, le pillage, le meurtre ou la guerre. Et une économie basée sur de telles possibilités n’est décidément ni morale, ni honnête, ni dignifiante.

L’individualisme Coopératif peut abolir la MONNAIE complètement et établir la structure et le mécanisme du COMMONWEALTH, dans lequel tous les individus sont des participants (partenaires) et porteurs de leurs parts, proportionnellement á leur positive contribution á ce COMMONWEALTH.

Le Thibétain